Mot du président

andreroy

Bonjour, Il y a une vingtaine d’années, le Syndicat décidait d’offrir à ses producteurs et aux différents intéressés, un outil de communication devenu incontournable : son site internet. Si, à l’époque, le produit était tout à fait convenable et même d’avant-garde, force est de constater qu’une actualisation s’ imposait… ce que nous avons fait dans le cadre du 50e anniversaire de notre plan conjoint.

André Roy

À la lecture de notre rapport d’activités et de nos résultats financiers pour l’année 2016, on pourrait penser que tout va pour le mieux pour les producteurs de bois du Sud du Québec.  Pourtant, il n’en est rien et nous sommes obligés de constater qu’après quatre années de prospérité, où les prix des produits du bois d’œuvre résineux ont augmenté considérablement, ceux du bois rond, ceux que nous produisons, ont atteint leur niveau de 1996! 

Cette situation n’est pas le fruit du hasard, mais celui d’une conjoncture qui a évolué progressivement au cours des vingt-cinq dernières années et qui nous place aujourd’hui devant une évidence : il n’y a plus de véritable concurrence chez les acheteurs de nos produits et ceux-ci en profitent pour gonfler leurs bénéfices.  Il y a moins d’acheteurs importants de bois de sciage résineux de nos jours qu’il y avait d’acheteurs de bois à pâte il y a quarante ans, moment où nous avons décidé de négocier collectivement les conditions de mise en marché de ces produits.

 La question que nous devons nous poser maintenant est celle-ci : est-ce que nous travaillons collectivement pour améliorer nos revenus ou si nous continuons à patauger dans cette logique absurde qui consiste à travailler toujours davantage pour maintenir nos revenus? Nous le savons tous, l’amélioration de nos prix ne découlera pas d’une générosité soudaine ou spontanée des industriels, surtout si nous nous empressons de remplir leurs cours d’usine…

 Je vous le répète, nous opérons dans une conjoncture de concentration de l’industrie où la concurrence ne cesse de diminuer et cette tendance ira en s’accentuant.  Nous sommes passés progressivement d’un marché équilibré à un « marché d’acheteurs » et dans un tel contexte, les producteurs de bois rond seront toujours perdants à moins que…

 À moins qu’ils n’utilisent les pouvoirs que leur confère la Loi, celui de négocier collectivement les conditions de vente de leurs produits comme ils le font déjà, avec succès, dans les produits de la pâte.  Cela consiste à intégrer le bois de sciage résineux à leur Agence de vente.  Six syndicats de producteurs de bois sur treize se prévalent déjà de cet outil.  Le conseil d’administration du Syndicat proposera cette solution aux délégués dans les prochains mois au cours d’une assemblée générale spéciale et j’espère vivement qu’ils l’approuveront.  Un rejet de cette option constituerait l’expression d’une impuissance indigne de notre dynamisme historique.  Nous méritons plus, nous méritons mieux…

 Je tiens à remercier tous les membres de notre personnel de leur précieuse collaboration.

 Je remercie également tous les membres du conseil d’administration de leur contribution toujours positive et particulièrement M. Noël Morin qui se retire après de nombreuses années de travail au poste de 1er vice-président.

 C’est pour moi une source de motivation et un encouragement à poursuivre notre mission première, celle de promouvoir et de défendre les intérêts des producteurs.

Pour visionner le reportage sur André Roy, sylviculteur, de la série www.vosagriculteurs.tv, Cliquer ici !

André Roy, Président
Le 4 avril 2017